Clap de fin au Grand Astazou 3071m

Dernière sortie de la saison sur les cimes des 3000m. Cela fait un moment que je voulais admirer la face Nord du Mont Perdu depuis le balcon de Tuquerouye et y passer la nuit. Cette fois ci c’est la bonne. Il a bien neigé il y a 15j, mais les conditions de cette semaine ont l’air excellentes, en plus le gros vent de sud de ces derniers jour à accélérer la fonte, tout s’annonce bien.

Je pars donc du parking des Gloriettes sur les coups de 13h pour passer la nuit à Tuquerouye et faire un Pic à côté. Les couleurs automnales sont magnifiques et je vois l’objectif dès le départ ainsi que la brèche de Tuquerouye qui m’attend.

Le début de l’ascension est plutôt plat le temps d’arriver au pied du cirque, puis sa se redresse par de belles estives. Vers 2300m changement radical en quelques mètres, je passe des prairies au pierriers qui me mènent doucement au pied du couloir de Tuquerouye recouvert du couche de neige dure.

Je monte dans le couloir d’abord à pied, puis en crampons, la neige est très dure et la pente raide dans un décor très austère. Les derniers mètres sont très raides mais la récompense est au bout … A la sortie du couloir le refuge apparaît d’un seul coup, blotti dans la brèche comme s’il en faisait parti. Devant moi se dresse la face Nord du Mont Perdu enneigée qui se reflète dans le Lac Glacé. J’en ai des frissons, je me souviendrai longtemps de ces quelques secondes.

Il est assez tôt, j’ai mis un peu moins de 3h pour atteindre le refuge. J’allège mon sac pour aller chercher un sommet un mode rapide. La première tentative sera le Pic de Tuquerouye qui demande un peu d’escalade. Mais il faut remettre les crampons et descendre une cinquantaine de mètre pour trouver le couloir d’accès, sur le moment j’ai un peu la flemme et change de plan.

Je descend sur le Lac Glacé pour monter au Pic de Pinède que j’atteints en une heure à 17h30. Le soleil plonge derrière le Cylindre du Marboré, je descends sans trop tarder pour rejoindre le refuge sur les coups de 18h15.

Au refuge, pas de lumière, du bois mais une scie qui ne coupe pas, il commence à y faire bien froid. Je mange et me couche sans trop tarder car quand même bien fatigué.

Le lendemain, je pars du refuge à 8h direction les Astazous. La remontée vers le Col Swan est très belle et le lever du jour sur le Lac Glacé aussi. Je quitte un peu la trace pour monter par des terrasses enneigées où je rencontre un lagopède qui a presque revêtu sa tenue hivernale.

J’arrive au Col Swan à 9h30, devant moi se dresse le couloir Swan complètement gelé et à l’ombre. L’ambiance y semble très austère. Je commence par monter l’arrête du Grand Astazou dans du mixte pas très commode avec de grosses terrasses à escalader. La vue au sommet et très impressionnante et le Lac Glacé semble bien bas.

Je retourne au Col Swan pour le Petit Astazous, mais un passage en dévers très exposé où la chute est interdite me fait faire demi-tour. Je suis seul et ne veux pas prendre de risques, ça sera pour une prochaine fois.

Retour au refuge pour récupérer les affaires et longue descente jusqu’aux Gloriettes expédiée en deux heures.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :