Mont Perdu : Face Nord Classique AD+/750m

Cette face Nord du Mont Perdu me résiste, un premier échec l’an dernier où je me suis trompé de couloir et une seconde fois en Janvier où après 7h pour rejoindre le Refuge de Tuquerouye, je me suis rendu compte que la voie était sèche. Pour cette troisième tentative, je pars en compagnie de Camille, Jonathan et Antonin.

On décolle tardivement à 13h45 du parking des Gloriettes ski dans le dos pour remonter, la très longue vallée d’Estaubé, où la neige est à 2h de marche.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On chausse les skis vers 1850m, il nous reste encore 800m avant la Brèche de Tuquerouye qui commence à être envahie par les nuages. Le couloir oublié et la goulotte de la brèche des deux bornes sont en bonnes conditions, deux beaux itinéraires sauvages.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Vue sur le couloir oublié
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Goulotte de la Brèche de deux Bornes

Une fois les deux bornes caractéristiques  passées, on attaque le couloir ski au pied avec objectif de monter le plus haut possible, le manque de visibilité et la neige devenant dure nous force à s’arrête au deux tiers.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après plus de 4h de montée en étant bien chargés, nous arrivons au refuge balayé par des vents très violents, on se dépêche donc de rentrer. Nos collègues partis un peu plus tard nous rejoignent 10 minutes plus tard.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La Face Nord est bien plus engageante qu’en Janvier, le seul problème est le vent qui gronde sans faiblir, les prévisions annoncent une baisse un début de matinée, nous ne partirons pas aux aurores demain … Après une bonne soirée et un repas bien copieux, nous allons au chaud, le vent est très fort et les bourrasques nous réveillent presque. C’est un véritable défi de sortir pour se soulager ! Premier réveil à 5h, beaucoup trop de vent ! On se recouche sans mettre de réveil … A 6h le vent se calme, on déjeune pour décoller à 6h40. Après un peu plus d’une heure d’approche, nous sommes au pied du couloir.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Jonathan et Antonin s’amusent sur les séracs, Camille et moi passons par la branche de gauche.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On débouche sur le glacier médian, la pente faiblit et forcément on s’enfonce un peu plus. On se relaye en avançant péniblement pour rejoindre la barres rocheuse.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On remonte le couloir d’accès à l’arête sommitale, une centaine de mètre avant la sortie, le vent qui ne nous a jamais quitté s’amplifie. Il faut passer un petit pas mixte avec des spindrifts qui nous fouettent le visage. Une chose est sûre on va se faire secouer au sommet.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Comme prévu, on se véritablement démonter par le vent à la sortie, 100km/h peut-être plus, il est bien difficile de parcourir la centaine de mètre avant le sommet. Nous l’atteignons en 2h15 pas mal !

DSCN0131.JPG

On ne traîne pas afin de se mettre un peu à l’abri dans l’itinéraire de descente. Il faudra rester vigilant dans la descente du crachoir, une grosse suspicion de plaque à vent nous inquiète et l’on préfère descendre le plus à droite possible. Il faut à présent remonter au Col du Cylindre. Sous le sommet, le vent plus puissant que tout à l’heure agît comme un véritable mur ! Très difficile de se tenir debout sans perdre l’équilibre, je rampe accroché à mes piolets pour passer le col, dès que le vent faibli, je me lève pour courir afin de passer au plus vite ce calvaire. On rejoint ensuite le refuge par la voie normale d’été. Antonin et Jonathan habitant loin, ils nous quittent. De notre côté, avec Camille, nous prenons le temps de manger. La descente est vraiment longue, 3h pour rejoindre le parking, le vent nous a bien rincés !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un commentaire sur “Mont Perdu : Face Nord Classique AD+/750m

Ajouter un commentaire

  1. Commentaires concernant le vent et mon passage au col du cylindre ( non prévu car souhait de descente en Face Nord ), de loin le moment le plus intense de tout le calvaire des crêtes :

    20min pour 30m, soit du 1.5m par minute, un sac qui tire de travers en arrière avec les skis qui offrent une bonne prise au vent, une peau brûlée par le froid malgré le Buff, des blocs de neige qui te passent à côté à Mach 2, des rafales à te coller la tête dans la neige, des piolets sans qui j’aurais sûrement reculé plusieurs fois, puis 5m plus bas plus rien, bref, que du bonheur ❤

    Ps : J'ai toujours la crève..

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :