Pointe de Chausenque : Arlaud-Souriac TD/600m

Tout commence début décembre, Camille, Jean et Igor partent pour skier le couloir Ledormeur. Depuis le col des Oulettes, ils ont une vue imprenable sur l’Arlaud Souriac qu’ils soupçonnaient en conditions. Bingo ! Ils m’apprendront une semaine plus tard qu’il y a de la glace partout ! Il ne reste plus qu’à y aller. Pour moi l’Arlaud faisait parti des voies plus en conditions, reléguées à illustrer les topos à croire qu’il est encore possible de faire de telles voies !

Les week-end passent jusqu’au dernier week-end de l’année, Camille et Corentin tentent  le coup. Je ne serai pas de la partie car déjà engagé sur un week-end à Saint-Lary. C’est dommage, en tout cas j’espère qu’ils vont bien s’amuser. Dimanche soir, vers 20h je n’ai toujours pas de nouvelle de mes amis, bonne nouvelle je me dis, ils doivent être sur le retour. Malheureusement, Camille m’apprend qu’il y ont eu un « but horaire » ou « plantage de réveil ». Soifs de revanche, ils me proposent de les accompagner pour la prochaine tentative. Lors du réveillon du 31, nous apprenons qu’Igor avec Jean viennent de sortir l’Arlaud, « glace partout conditions excellentes ! « , nous disent ils. Cela nous motive encore plus, c’est décidé nous irons tous les trois dimanche et lundi, à priori nous serons seuls car nous avons tout fait pour qu’une aussi bonne information ne fuite pas. L’attente jusqu’au dimanche est insoutenable …

Dimanche nous nous retrouvons au parking du pont d’Espagne bondé. L’objectif du jour est de remonter jusqu’au refuge des Oulettes de Gaube. Nous adoptons un rythme décontracté, pas moins de 3h !  Camille nous offre généreusement un lot de bois de cageots, ma foi pas trop lourd. Dans les bois, de nombreuses parties sont totalement couvertes de glace, nous maîtrisons notre soif de glaçons pourtant très grande, dépourvus de crampons nous marchons prudemment sur les quelques rochers qui émergent, se serait idiot de se blesser ici.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La vallée de Gaube ne fait que commencer, objectif droit devant.

La remontée jusqu’au plateau au dessus de la cascade d’Esplumouse se fait donc tranquillement. Nous sommes poursuivis par trois personnes qui semblent bardées de matos. Le doute s’installe entre nous, « C’est sûr ils vont à l’Arlaud ! ». Une fois les présumés prétendants arrivés à notre hauteur, nos craintes sont confirmées. Contrairement à nous qui sommes bien informés, ils y vont à l’instinct. Nous arrivons peu de temps après au refuge. On a beau avoir l’habitude de cette face nord du Vignemale, mais elle est toujours aussi écrasante et magnifique, l’idée de se retrouver dans ses entrailles demain me donne des frissons.

Face Nord Vignemale Générale.JPG

Au refuge désert, nous faisons connaissance avec la cordée Auroise fort sympathique. Nous ne tardons pas à leur donner nos informations sur les conditions et les photos de la voie que nous avons. Nous nous mettons d’accord sur l’heure de départ de chacun afin de ne pas se gêner. Nous serons donc les premiers. Bien sûr nous parlons montagne et nos débuts de saison commun. Au vu des réalisations de la cordée voisine on se rend compte que l’on a pas du tout le même niveau. (J’apprendrai plus tard que c’était Romain Cabessut, aussi humble que doué et sympathique). La soirée est agréable au coin du poêle qui démarre doucement. Mais nous tardons pas à nous coucher avant même  20 heure, demain une belle est grosse journée nous attend.

La nuit est bien agréable enveloppé dans la grosse doudoune et les couvertures. 4 heures, mon réveil surpuissant réveille tout le refuge, je vous avais prévenu les gars, cette fois ci on loupe pas le réveil ! Quelques rappels toute les cinq minutes et nous somme prêts à partir à 4h45. Corentin mène la marche jusqu’à la rimaye, Camille lui demande un rythme d’en** nous sommes servis ! Il est 6h30 nous sommes à la rimaye. Celle-ci a bougé de 2,5m en l’espace d’une semaine, elle est vraiment impressionnante, une difficulté notable de la course. Corentin passe sans soucis la rimaye. Je passe en second, neige inconsistante, les piolets tiennent très mal. Bien qu’il n’y ai que deux mètres à passer c’est assez difficile, je tombe et me réceptionne sur le bloc de neige coincé, seul accès à la lèvre, ouf il tient. Camille s’y essaye est tombe aussi deux fois. La cordée auroise viendra à notre rescousse, Romain monte lui aussi avec beaucoup de facilité et passe notre corde sur un becquet plus haut. Du coup il a moins d’exposition en cas de chute. On retrouvera Corentin au relais assez étonné de notre retard. On oublie vite, la glace démarre ici, c’est partie pour six longueurs d’anthologie dans l’Arlaud Souriac !

P1061336.JPG

La glace est excellente, Corentin monte plutôt vite au vu de la vitesse à laquelle défile la corde, on comprend mieux quand on doit débrocher les quelques broches qu’il a laissé. Première longueur facile, je choisit un passage très étroit proche du rocher en rive gauche. La deuxième longueur réveille, après un bon ressaut juste après le relais, il faut remonter une belle cascade à 85°

P1061777.JPG

P1061343.JPG

De notre côté avec Camille on se régale en second, un seul coup de piolet suffit à ancrer jusqu’à la garde, ce qui en fait une escalade très plaisante, j’arrive toutefois explosé à tous les relais, vu qu’ils ne sont pas confortables, une seule envie : repartir !

P1061351.JPG

Les longueurs s’enchaînent à bon allure, nous sommes au pied de L6 la plus belle.

P1061370.JPG

Nous laissons la cordée voisine prendre de la distance pour faire un relais plus confortable au pied de cette longueur.

P1061378.JPG

Après une goulotte très étroite au fond d’un dièdre, on bifurque à droite sur un véritable éperon de glace bien raide, un régal ! On rejoint Corentin confortablement installé, les difficultés sont finies, il reste plus qu’un couloir de neige avant de sortir au sommet.

P1061381.JPG

Mise à part un court ressaut en glace, le couloir est débonnaire, les traces de nos prédécesseurs nous permettent d’avancer assez vite en corde tendue qui s’avère même peu utile.

P1061388.JPG

On sort sous les coups de 15h au soleil, joie immense d’avoir réussi cette voie. On profite de l’absence de vent pour se restaurer car il va falloir des forces pour la longue descente jusqu’au Pont d’Espagne, cette partie il fallait absolument ne pas y penser avant d’y être !

Face NW Gabietous.JPG

Comme prévu le retour est long, tout le monde à son coup de mou dans la montée à la Hourquette d’Ossou. Nous arrivons avant 18h au refuge afin d’y prendre un dernier café. Nous rencontrons une cordée partie pour faire l’Arlaud demain. Après avoir vu les retours d’Igor publiés ce matin même, ils ont tournés leur talons pour se précipiter ici. Nous ne sommes même pas étonnés, la réputation de cette voie et les conditions d’une rare excellence suffisent à rameuter les foules qui se suivront continuellement les jours qui suivront ! Nous avons été très chanceux de ne pas être nombreux aujourd’hui !

Lorsque nous partons du refuge, il fait nuit et nous allons jusqu’à la cascade Esplumouse au clair de lune, un instant magique où nous réalisons que nous avons passé une formidable journée. On allume les frontales à la descente du lac, le sentier est très glissant, avec la fatigue je tomberai plusieurs fois.

Lac de Gaube, on y est presque … il est 20h. Nous arriverons une demi-heure plus tard, la glace a gagné du terrain sur le sentier, avec la fatigue je ne me vois pas sauter de rocher en rocher, je descends donc directement à travers pente pour rejoindre Camille et Corentin au pied du sentier. Nous fêterons ça autour de bières et pizza dans Cauterets, vu l’heure c’était presque aussi difficile de trouver un restaurant ouvert que de passer la rimaye. Qu’importe ! C’était une fabuleuse journée, comme un rêve, merci les amis et merci les Pyrénées pour nous faire vivre des moments aussi intenses !

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :