Pics de Clarabide : Equipe 94

Seconde journée pour Igor et moi dans le cœur du Louron. La nuit à Prat Cazeneuve fût vraiment réparatrice, je crois bien avoir dormi plus de 10 heures, chose rare en montagne. Nous avons pour objectif de revenir du côté des Clarabides pour grimper ce dièdre qui nous a tant fait de l’œil hier,  d’autant plus que la trace est faite.

Premiers coups de piolets dans la branche de droite de Lorea, on se rend vite compte que le temps n’est le même d’hier, le vent souffle et de beaux spindrifts balayent la cascade, qu’est ce que ça doit être plus haut ?

IMG_3687.JPG

Une fois cette mise en jambes avalée, nous retrouvons nos traces d’hier jusqu’au pied de Lortxu, heureusement qu’elles sont là car nous avançons péniblement. Plus que 300m nous sépare du départ du joli dièdre parcouru tout du long par un plaquage de glace.

IMG_3692.JPG

On s’équipe au pied, une petite rimaye nous sépare de la goulotte, les spindrifts la balayent presque sans relâche.

IMG_3695.JPG

Igor ne tarde pas à partir, 30m presque sans aucunes protections possibles avant une fissure salvatrice en rive droite, heureusement la glace est excellente.

IMG_3697.JPG

La prochaine longueur démarre par un très beau placage vertical en glace très fine, il vaut mieux se faire léger sur les pieds et les piolets sous peine de casser toute la glace permettant de passer le ressaut.

IMG_3699.JPG

A partir d’ici, l’attente au relais sera interminable, presque une heure immobile à supporter les spindrifts et éviter les blocs de neige qui tombent, je me dis qu’Igor doit bien batailler devant. Après ce long moment de solitude, je pars à mon tour, le ressaut se négocie vite, je comprends ensuite pourquoi j’ai autant attendu. Il faut remonter une cheminée de plus en plus raide dans une neige inconsistante, la fin étant presque déversante, le réta sur la vire du relais n’est pas facile, les piolets deviennent inutile et il faut grimper avec tout le corps, la corde est bienvenue !

IMG_3705.JPG

Pour la dernière longueur, on enlève les gants pour grimper une courte mais belle fissure sur quelques mètre. Igor me déconseille fortement de ne pas touche un bloc instable format micro-onde ne demande qu’à tomber et écraser tout sur son chemin, après mon passage et les environs sans un seul doute déserts, je me fais une joie de faciliter sa course vers le bas …

IMG_3709.JPG
Le dit rocher à gauche de la corde rouge

On termine par un couloir de neige simple jusqu’au sommet.

IMG_3712.JPG

Nous pensons avoir fait à cet instant une ouverture, drôle d’impression de se dire que nous sommes les premiers à être passés ici.

Aujourd’hui pas le temps se se reposer au sommet, nous irons chercher un endroit à l’abris plus bas. Nous poursuivons par le reste de la descente que nous connaissons bien. Petit arrêt à la cabane afin de récupérer les affaires avant un longue descente jusqu’au parking. Nous sommes bien content de retrouver la voiture au Pont du Prat après presque 6 heures de descente. Pari gagné pour nous, personne croisé ce we. Ce fût deux journées juste parfaites avec de belles voies dans un secteur sauvage comme je les aime, merci Igor pour l’invitation !

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :